Cultiver les melons dans votre jardin potager

Les Melons sont les plus précieux Fruits que vous pouvez recueillir dans votre jardin potager.

Pour commencer donc votre Melonnière, vous choisirez dans l’enceinte de votre jardin le lieu le plus à l’abri du mauvais vent, que clorez d’une Haie faite avec du foarre long, lié par paillassons, et bien affermie avec de bons pieux dans Terre, de crainte d’être renversée par les vents. Elle servira de clôture et d’abri tout ensemble.

Il aura une porte pour l’entrée qui fermera à Clef. pour empêcher que toutes sortes de personnes n’y aillent toucher et particulièrement, pour interdire l’entrée aux Filles et Femmes en certains temps que le respect m’empêche de déclarer.

Quel genre de superstition se cache la-dessous? les menstruations des femmes, parfois appelées fleurs, ont souvent été le sujet de croyances et de fantasmes…

Dans ce parc, qui sera telle grandeur que désirerez avoir plus ou moins de melons, vous ferez des couches de Fumier de Cheval qu’aurez ramassé durant l’Hiver, à mesure que l’on le tire de l’Ecurie, et que vous aurez fait mettre en monceau proche de votre Melonnière. Vous commencerez par dresser une Couche pour les Semences, prenant du Fumier sortant tout chaud de dessous le Chevaux et de celui qui sera en monceau, les entremêlant ensemble afin que le chaud réchauffe l’autre.

Vous ferez votre Couche toute de la longueur de votre Melonnière. de quatre pieds de large seulement, laissant un sentier tout autour de trois pieds de large pour y remettre du Fumier chaud quand vous vous apercevrez qu’elle aura passé toute sa chaleur et qu’elle sera morfondue. Cette couche étant dressée bien également et pilée avec les pieds pour la faire échauffer, vous mettrez par-dessus environ quatre pouces de haut de petit Fumier de vieille couche, ou Terras, mêle avec quelque peu de la meilleure Terre que vous ayez. Vous la dresserez par les cotés en tenant un avis sur le coté, au bord de la couche, et foulant un peu le Terras avec la main contre l’ais l’on affermira et dressera uniment ce Terras.

Votre couche, ou forme, étant achevée de la hauteur de trois pieds environ, vous la laisserez échauffer et passer la plus grande chaleur, qui durera deux ou trois jours, plus ou moins selon que le temps y sera propre. La force de la chaleur étant passée, ce que vous reconnaitrez par la couche qui s’affaissera et aussi en fourrant votre doigt dans le Terras, vous jugerez si elle est propre à semer. Si vous n’y pouvez durer le doigt, elle est encore trop chaude. Il faut qu’elle soit tiède mais non pas toute froide.

La couche étant en bon état et votre graine avant trempé deux fois vingt-quatre heures dans du vinaigre ou bien du lait de vache.

Cette opération avait pour but de faciliter la germination de la graine. Aujourd’hui, certaines graines notamment celles des espèces les plus fragiles, sont enrobées d’une substance dont la composition favorise la croissance et protège des parasites. Bientôt, les graines OGM permettront de résoudre ce problème, mais cette « avancée » scientifique en causera beaucoup d’autres. S’il est sage d’essayer d’apprivoiser la nature, il est dangereux de vouloir la transgresser…

A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *