Bilan du potager bio

Cette année aura été marquée par un lourd travail de mise en place du potager bio.


Fidèle à mes engagements, nous avons essayer de travailler sur la biodiversité et surtout pas de produits phytosanitaires.
Malgré toute notre bonne volonté pour créer ce jardin potager bio, je me heurte à pas mal de soucis qui se résoudront dans le temps.

Point positif :

La terre se trouve moins compacte, plus ameublie et en automne nous avons vu apparaître beaucoup plus de vers de terre ce qui représente un signe fort de l’évolution progressive de la biomasse.
Hélas l’invasion de chiendents nous oblige encore à bêcher la terre à certains endroits du potager bio.

Légumes Constatations
Tomates La récolte de tomate à été correcte mais pas exceptionnelle non plus, les pieds de tomates étaient tout de même un peu fébrile et manquaient un peu d’étoffe.
Pommes de terre Nous avons eu des pommes de terre en nombre, les quatre variétés (Désirée, Dita, Emeraude et Charlotte) ont répondues présentes, mais les pommes de terre étaient de petites tailles.
A priori un manque d’eau à un moment donné mais environ 55 kg de récolte ce qui n’est pas extraordinaire comparé au nombre de plants.
Potirons, et courges. N’ont absolument rien donné.
Melons Quelques petits melons ont pointés leur nez, hélas fin septembre. L’humidité et le manque de chaleur favorisait le pourrissement.
Hélas les plants n’avaient pas été pincés.
Salades Malgré un arrosage fréquent, les salades montaient très rapidement à graines.
Courgettes et patissons La planche que nous avions préparée pour mon fils, s’est révélée la plus propice pour les courgettes et patissons. Les pieds et les légumes récoltés étaient magnifiques ! Et ce… pour sa plus grande fierté.
Crones du Japon et Héliantis Les Crones du Japon et les Héliantis ont bien poussés mais ne sont pas encore récoltés. Un feuillage abondant pour les deux variétés et des héliantis de plus de 2 mètres de haut.
Navet boule d’or et navets marteau Les navets boule d’or n’ont rien donnés, ils ont végétés, mais nous avons eu une petite récolte de navet marteau d’automne.
Haricot vert et haricots secs Réussite et belle récolte pour les haricots vert et haricots secs, environ 4 kg de haricots vert par rang.
Carottes Les semis en terre de carottes ont étés une véritable catastrophe. Dés qu’il y a une forte pluie, une croute très dure se forme en surface et plus rien ne lève.
J’ai eu l’idée de semer dans un sillon avec du terreau et cela à fonctionné à 30 % ce qui est déjà un plus. Mais avec le recul, du compost aurait été préférable au terreau.
Par contre le peu de carottes que nous avons récolté étaient très belles, sucrées due aux variétés (Touchon et Nantaise). Il y en a encore quelques unes en terre qui sont très grosses.
Ail, échalottes et oignons Les échalottes ont crevées tant il fait chaud, je n’ai pas assez arrosé. L’ail et les oignons ont donné un peu.
Artichauds Les plants d’artichauds ont végétés un bon moment, je les ai relancé avec du purin d’ortie. Néanmoins cela ne suffit pas pour des raisons que j’explique dans le paragraphe « Les améliorations » de cet article.


Problèmes constatés :

Le pH du sol

Le pH de ma terre est trop faible pour un potager, le pH il se situe entre 5 et 6 maximum.

Il faut savoir qu’à pH 7, votre terre n’est pas acide, à pH 6 votre terre est dix fois plus acide, et qu’à pH 5 la terre est 100 fois plus acide.
Plus votre terre est acide et moins les engrais ou les nutriments présents dans le sol seront utilisés par vos plantes.

L’érosion

En cas de forte pluie, une croute de 3 ou 4 mm se forme en surface de la terre. Ce soucis serait due à la battance. C’est une des expressions de la régression et dégradation des sols.
Nous avons donc à faire à un sol fatigué ! De plus une fois que la croute est constituée il faut repasser le serfouette ou autres outils appropriés car le sol ne respire plus, les semis fraichement mis en terre ne peuvent plus sortir tant cette croute est dur.

Les améliorations :

  • Faire du compost et du lombricompost (Voir :le guide du lombricompostage)
  • Apporter un paillis de feuilles mortes aux pieds des artichauts afin d’augmenter la température au sol et favoriser la création de microorganisme.
  • J’ai semé des fèveroles d’hiver afin de ne pas laisser la terre à nu durant l’hiver, ce qui va favoriser l’irrigation et avoir un impact positif sur l’érosion en cas de fortes pluies, les racines vont également ameublir la terre, favoriser la création de microorganisme et augmenter progressivement la biomasse du sol.
  • Le pH de l’eau de la marre ou nous la puisions était à pH 5, donc fortement acide, cela explique pourquoi certaines feuilles flétrissaient systématiquement lorsqu’elles étaient au contact de l’eau suite à un arrosage à l’arrosoir. La marre sera donc traitée à la chaux afin de baisser le niveau d’acidité.
  • Pour le sol, je vais corriger cela peu à peu avec de la chaux vive ou de la poudre d’algue pour le faire remonter progressivement vers pH 6,5 / 7.
  • Ne pas laisser le sol à nu et semer des engrais vert (Voir :le guide des engrais vert) afin d’éviter l’appauvrissement de la terre, l’érosion, amélioreront la biomasse, apporteront des nutriments aux plantations suivantes.

L’utilisation excessive de la chaux vive peut engendrer la stérilité de votre sol.
Il est très important de respecter le dosage conseillé, et faire remonter le pH de votre sol progressivement.

Mon point de vue :

Pour se lancer dans un jardin ou un potager et avoir des résultats satisfaisant, voir exceptionnels pour les plus chevronés d’entre nous, il n’est pas utile de recourir à des pesticides, fongicides ou tous les produits phytosanitaires que je qualifierai de poison de la terre.
Par contre, il est impératif de comprendre dans les grandes lignes la mécanique du sol.

Les axes à travailler sont le pH du sol, engrais vert, les fumiers, les associations de plantes et de légumes, les auxiliaires, la biomasse, le paillis ou couvert de végétaux, le compostage, le lombricompostage, l’observation de votre sol et de vos plantes et légumes, les traitements préventifs des maladies courantes, les différents purins (Prêle, ortie, consoude etc) et éviter de retourner la terre tant que possible.

Si vous achetez des produits prêt à l’emploi (Exemple : Bouillie bordelaise, activateur de compost, cornes torrifiées, engrais etc…) veillez à ce qu’ils soient utilisable en culture biologique !

Faire son potager est tout de même fait pour récolter et manger des fruits et légumes sains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *